La SEPR se raconte

Deux livres à commander :

SEPR 1864-2014. 150 ans au service de la formation professionnelle en Rhône-Alpes

Lyon, Éditions LivresEMCC, 2014.
 En 1864, était fondée à Lyon, à l’initiative du saint-simonien François Barthélemy Arlès-Dufour, la Société d’enseignement professionnel du Rhône, souvent désignée par son sigle, SEPR. Le présent ouvrage, élaboré lors du cent cinquantenaire grâce à des auteurs venus d’horizons différents, propose au lecteur, comme dans un kaléidoscope, diverses images permettant d’appréhender sous des angles variés la singulière histoire de cette institution aussi originale que dynamique. Paradoxalement en effet, la SEPR s’inscrit depuis sa création dans un mouvement national – voire international – de développement de l’enseignement professionnel tout en faisant simultanément entendre une « petite musique » spécifique qui, à bien des égards, fait écho à son territoire d’élection. Les diverses contributions ici rassemblées permettent de mieux comprendre comment la SEPR, cette « grande œuvre [...] vraiment utile » – comme la qualifiait dans son discours inaugural, le 27 novembre 1864, le président de l’Association polytechnique, Auguste Perdonnet – est devenue ce qu’elle est aujourd’hui et pour l’avenir : un organisme majeur de la formation et de l’enseignement professionnels dans la région Rhône-Alpes. De l’histoire de saint-simonisme à Lyon, en passant par la rétrospective de la formation professionnelle du début du XIXe siècle jusqu’aux années 1980, on découvre la figure du fondateur de la SEPR, François Barthélemy Arlès-Dufour, les spécificités de la formation professionnelle des femmes, les cours proposés à la SEPR, ou encore son financement, sa gouvernance, la sociologie de ses apprenants et l’histoire de son patrimoine immobilier et de l’actuel site qu’elle occupe, complétés par les portraits d’hommes et de femmes qui ont joué un rôle important durant ces 150 années.
 

SEPR 2014. portraits parcours passion(s)

Lyon, Éditions LivresEMCC, 2014.
On estime que plus d’un million de personnes ont été formées à la SEPR depuis 1864. Parmi ces élèves, quelques personnalités illustres : Marius Berliet, fondateur de la célèbre marque de véhicules automobiles, qui a assisté aux cours du soir de mécanique et d’anglais en 1881 ; Jean-Jacques Waltz, connu comme Oncle Hansi, dessinateur alsacien, auditeur en cours de dessin d’ornement et de figure en 1892 ; Napoléon Bullukian, émigré arménien devenu chef d’entreprise et mécène, créateur de la Fondation Napoléon et Léa Bullukian, élève en cours du soir de lecture de plans en 1930-1932 ; Mourad Merzouki, danseur et chorégraphe lyonnais, directeur du Centre chorégraphique national de Créteil et du Centre Chorégraphik Pôle Pik à Bron, élève en industries graphiques en 1992-1993. Puis tant d’autres : ébénistes, coiffeurs, topographes, bijoutiers, prothésistes dentaires, couturiers, carrossiers, imprimeurs, cuisiniers, électriciens, fleuristes, préparateurs en pharmacie...
Pour certains, le passage à la SEPR est une balise sur leur chemin, un moment de leur développement, pour d’autres un tremplin, parfois un aiguillage, un virage ou même une réconciliation, tant il est vrai que la formation et notamment la formation professionnelle est un élément majeur, puisqu’il s’agit de l’une des premières étapes d’un parcours de vie d’adulte, une étape structurante. Ce livre présente cinquante-neuf portraits d’anciens et anciennes élèves et apprenti(e)s, qui sont autant d’expériences vécues, mais aussi autant de modèles pour une vie possible.

 

Commander un livre

  • Retour en haut de page