Recherche

Prépa Apprentissage

La 1ère promo SAS'Speed

Ils ont entre 16 et 21 ans, ne se connaissaient pas il y a un mois, mais ils partagent aujourd’hui la même motivation : démarrer prochainement une formation en apprentissage dans le métier qu’ils ont choisi.

La plupart ont été orientés par leur Mission Locale, qui les a incités à venir profiter de la dynamique de groupe de ce nouveau dispositif de Prépa Apprentissage pour finaliser leur projet de formation.


Dans la salle mise à leur disposition, c’est l’effervescence : cela fait plusieurs jours que le groupe a démarré la Start’Up. La salle est organisée en plusieurs open spaces séparés par des cloisons, derrière lesquelles s’affairent les membres des différents pôles : « Accueil projet », « Ressources humaines », « Commercial » et « Communication ». Chaque groupe contribue à atteindre l’objectif collectif : trouver et partager de l’information permettant de démarcher des entreprises disposées à proposer des stages, et pourquoi pas un contrat d’apprentissage par la suite ?

Même si chaque jeune a un projet bien à soi et affine CV et lettre de motivation, tous bénéficient de l’aide du groupe pour faire avancer chaque projet : « Chaque fois qu’on trouve une information qui peut intéresser l’un d’entre nous, nous lui envoyons ». Les participants reconnaissent les bénéfices de cette méthode : « On se rend compte qu’on cherche plus et mieux que ce qu’on ferait seul » avance Lucas, qui rêve de travailler un jour à la SNCF. Sarah, qui se projette dans les métiers du tourisme, confirme : « C’est souvent plus facile de chercher pour les autres que pour soi-même ». A côté d’elle Insaf, qui se dirige vers un métier esthétique, et Djino, qui hésite entre graphisme et bijouterie, acquiescent.


Le projet du moment qui occupe toutes les pensées ? Trouver des entreprises disposées à proposer des stages d’immersion de deux semaines dans les métiers ciblés par les apprenants. Alya partage son projet : « Je suis méthodique et minutieux, j’espère trouver une entreprise qui m’accueille pour devenir électricien en bâtiment ». Fatuma, qui aime le contact et aider les autres, veut devenir infirmière, mais n’a que 16 ans « je veux démarrer par une formation d’aide-soignante, et je verrai comment évoluer par la suite ».

Jules reste confiant : depuis qu’il a visité les ateliers automobiles de la SEPR, il sait qu’il veut se former en carrosserie, puis en peinture. « Je sais qu’il faut montrer aux patrons que nous sommes motivés. J’ai déjà travaillé en hôtellerie et dans le service, je n’ai pas peur de me lever tous les matins ».

Malgré leurs projets de formation très différents, certaines difficultés sont partagées : « Avec le confinement, c’est très difficile de trouver des entreprises qui acceptent de nous prendre en stage » glisse Morgane, qui après une formation en tapisserie d’ameublement souhaite se diriger vers un Bac pro Métiers de la mode. Cette inquiétude est partagée par tous, notamment par Fazal, qui aimerait se diriger vers un CAP Peintre, et Hugo, qui souhaite s’orienter vers la bijouterie « mais je ne sais pas encore quelle option m’intéresse le plus, entre sertissage, polissage, … ».


La promo se quittera en janvier. Ont-ils pensé à l’après ? « Je n’y pense pas » confesse Djino. « Ici l’ambiance est bonne, on s’entend bien, donc peut-être qu’on essaiera de se revoir au moins pour continuer de partager des bons moments ensemble ». Souhaitons-leur de se retrouver dans quelques mois dans les couloirs de la SEPR, car ils auront atteint leur objectif de trouver un patron pour démarrer leur apprentissage.

(Lyon - Nov. 2020)

Comment s'inscrire à la SEPR ?