Recherche

Léa Jacquier

BTS Métiers de la mode vêtements 2019

À l'occasion de la Soirée des Métiers d'Art de janvier 2020, Léa a été mise à l'honneur pour présenter sa formation. Retrouvez ici son discours.

" Bonsoir à tous !

Je m’appelle Léa Jacquier, et j’ai été diplômée en 2019 du BTS MMV (Métiers de la Mode Vêtements).

Je tenais tout d’abord à remercier toutes les personnes qui ont organisé cette soirée pour nous permettre de mettre en avant nos formations et notre travail.
Si je suis là ce soir c’est pour vous présenter plus en détails cette formation et ce que j’ai appris au cours de ceux deux années. Le BTS est une vraie aventure humaine, on apprend beaucoup, tant en termes de compétences que l’on acquiert soit au CFA soit en entreprise, qu’en terme de développement personnel. Pour moi, le fait que cette formation soit en alternance est une vraie chance, car on découvre non seulement le monde du travail, mais cela nous permet aussi de compléter ce que nous apportent les cours avec l’entreprise et inversement, tout en nous apportant maturité et professionnalisme.
Le BTS se compose d’un éventail de matières qui nous permettent vraiment de saisir le processus de production d’un article de mode, de son analyse et sa conception en CAO à sa réalisation. Ce qui m’a beaucoup plu, c’est d’apprendre en développant une certaine culture générale qui nous permet de mettre en application notre savoir-faire et nos connaissances sur des projets. Associer des matières générales différentes, comme l’art ou l’histoire, nous permet de réaliser des projets enrichissants et créatifs mais toujours basés sur des recherches et de la technicité.

Un des projets les plus importants a sans nul doute été celui que nous avons réalisé en partenariat avec le CNDF, une école de stylisme québécoise. Les stylistes ont réalisé des croquis qui nous ont été envoyés, puis c’était alors à nous de concevoir tous les éléments nécessaires à la création d’un dossier technique puis à la production (cette dernière étant assurée par les Bac Pro MMV). On commence par déchiffrer les dessins (parce que d’un pays à l’autre, les façons de faire sont différentes, les termes ne sont pas les mêmes), puis élaborer des pièces d’études pour arriver à un patronnage et à un prototype. C’était très intéressant de voir comment on pouvait ou non retranscrire dans la vraie vie une idée. Tous les jours n’étaient pas faciles mais au final ça m’a rendu encore plus fière lorsque j’y suis arrivée.
Le plus important a été que les Québécois sont ensuite venus en France pour découvrir notre travail. C’était vraiment une expérience enrichissante, car on a pu constater comment eux avaient imaginé leurs modèles et aussi comment les étudiants travaillaient dans un autre pays. Le fait de partager ces moments nous permet aussi de nous rendre compte comment se passe le processus dans le monde réel, qu’il s’agit d’un échange entre des savoir-faire et des idées.

Je pense que vous l’aurez compris, mais j’ai beaucoup apprécié être dans cette formation, au-delà des liens que l’on peut créer, on ressort avec une expérience et des atouts qui nous permettent vraiment de bien nous préparer, que ce soit au monde du travail, mais également à la poursuite d’études. J’ai personnellement continué mes études afin d’obtenir un master de Chef de produit, et avec le recul je remarque que tout ce que j’ai appris au cours des deux dernières années prend du sens et que cette formation nous accompagne vraiment.

Je tenais à remercier tous les professeurs qui nous ont accompagné et supporté pendant deux ans, et plus particulièrement Mesdames Vialla, Sansiquet-Martinez et Kilman, nos professeures d’atelier."

Comment s'inscrire à la SEPR ?